Logiciels libres

Principes généraux sur le logiciel libre

Un logiciel libre offre à ses utilisateurs les quatre libertés suivantes :

  • la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;
  • la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à leurs besoins ;
  • la liberté de distribuer des copies du programme ;
  • la liberté d’améliorer le programme et de diffuser leurs améliorations.


Ces quatre libertés sont essentielles et se complètent.
La première implique que vous puissiez faire fonctionner le programme (ou logiciel) sur tous les ordinateurs de votre choix et pour n’importe quel usage.
La troisième liberté vous permet de partager des copies du logiciel avec qui vous voulez.
Enfin, les deux autres libertés vous offrent la possibilité d’améliorer et d’adapter le logiciel ou de le faire faire par une personne de votre choix ; tout comme vous le feriez pour faire réparer votre voiture.
Ces libertés nécessitent d’avoir accès au code source du logiciel.

Enjeux de société

A contrario, le logiciel propriétaire verrouille la connaissance par le biais notamment des brevets et des licences. Les premiers empêchent de connaître le fonctionnement interne des programmes qui fonctionnent comme des boîtes noires. Certaines dérives sont régulièrement dénoncées dans les médias et peuvent conduire à des intrusions dans la vie privée.
Les licences obligent de payer pour se servir d’un matériel qui, sans programme, ne peut fonctionner ; c’est évident dans le cas des systèmes d’exploitation (OS pour Operating System). La loi est constamment et depuis de nombreuses années bafouée par de grandes sociétés (Microsoft, les enseignes de la grande distribution) qui les oblige pourtant à faire figurer le prix des machines avec et sans OS.
Il devrait, toujours selon les termes de la loi, pouvoir être possible de choisir ce système. A l’heure actuelle, le choix n’est pas proposé, et c’est un parcours du combattant pour qui veut un système différent de celui installé par défaut.

Vous les utilisez déjà !

Mais peut-être sans le savoir. OpenOffice, Firefox, Gimp, pour ne citer que les plus connus, sont des logiciels libres. Ils ont été développés par une communauté de passionnés qui se battent pour que nous puissions nous servir de l’informatique comme d’une source de savoir disponible à tous, à la manière d’internet.
Libres ne veut pas dire forcément gratuits. Les passionnés dont je parlais ont besoin de vivre eux aussi, le développement prend beaucoup de temps et demande un savoir-faire qui se négocie très cher dans le milieu industriel. Il est donc normal, quand on se sert au quotidien de ces logiciels, et lorsque c’est possible bien sûr, d’aider financièrement ces créateurs à qui nous devons tant.

Références

Quelques liens vers des acteurs du monde du logiciel libre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *